Rechercher

Flow, quand tu me tiens


Aucun grand changement, ni amélioration notoire, n’a été possible au cours de l’humanité sans qu’un changement fondamental n’ait d’abord eu lieu dans la façon de penser de l’Homme. De l’acquisition de la position debout, à l’utilisation d’outils, en passant par l’amélioration des pratiques d’hygiène, chaque bond dans l’amélioration de nos conditions de vie a inévitablement été propulsé par un changement qualitatif (et non seulement quantitatif) dans notre capacité et notre façon de réfléchir. Saviez-vous qu’il en va de même avec le bien-être ?


Notre niveau de bien-être dépend en majeure partie de notre capacité à contrôler nos pensées, c’est-à-dire notre façon de percevoir et d’interpréter ce qui nous arrive, indépendamment des circonstances, et non du contrôle que l’on peut exercer sur l’univers qui nous entoure. Et plus nous sommes en mesure d’orienter adéquatement le cours de nos pensées, plus nous avons un pouvoir sur nos propres expériences.


Parmi les différentes manifestations d’un meilleur contrôle des pensées, il a été observé que les gens qui arrivent à contrôler celles-ci se retrouvent plus souvent que les autres dans un état particulier où ils ressentent une intense joie de vivre, une grande créativité et un engagement profond dans la vie. C’est ce que l’on nomme l’état de flow ou le fait d’être dans la zone. Et loin d’être de nature ésotérique, cet état de flow a été étudié scientifiquement et les conclusions sont éloquentes : si vous vous exercez à augmenter le nombre de moments de flow dans votre vie, vous augmenterez également votre niveau de bien-être globalement.


Mes différents choix de vie m’ont amenée à cultiver cette capacité au fil du temps. Comment ? En passant du temps dans mon atelier, en rédigeant un article, en préparant ou en animant une conférence, en essayant une nouvelle recette ou en pratiquant un sport que j’aime.


Et comment fonctionne cet état de flow ? Voici les grandes composantes :

  • Vous atteindrez cet état en accomplissant des activités qui constituent un défi pour vous, qui comportent un certain niveau de complexité et que vous avez des chances de réussir, donc pour lesquelles vous avez un minimum de compétences requises. Si le défi est trop important, vous risquez de ressentir de l’anxiété et si le défi est trop petit, vous risquez de ressentir de l’ennui (ex. : peindre une œuvre).

  • Vous devez être dans un contexte qui vous permettra de vous concentrer entièrement sur ce que vous faites (ex. : possibilité de s’isoler ou avoir facilement accès à son matériel).

  • Vous devez poursuivre un objectif clair (ex. : peindre le personnage).

  • Le travail accompli doit vous offrir un feedback immédiat (ex. : à chaque coup de pinceau, on voit le résultat).

  • Une fois les quatre premières composantes réunies, vous allez éventuellement vous sentir très engagés dans ce que vous faites, sans réellement ressentir d’effort.

  • L’engagement ressenti face à la tâche vous permettra d’oublier, pendant l’accomplissement de la tâche en question, vos frustrations et vos inquiétudes quotidiennes et de voir votre ego s’effacer doucement.

  • Vous ressentirez un grand sentiment de contrôle sur vos actions.

  • Votre perception du temps s’altèrera.

  • De façon générale, lorsque l’état de « flow » sera terminé, vous vous sentirez grandis de votre expérience, avec un sentiment d’être une personne plus entière, plus forte intérieurement. Le sentiment ressenti est généralement tellement gratifiant, que vous souhaiterez refaire cette activité pour le simple plaisir de la faire.

Les domaines les plus souvent rapportés comme étant favorables au « flow » sont, entre autres, les jeux en général, les sports, le yoga et la méditation, les arts ou les professions où la créativité est essentielle et certains métiers exigeants tels que pompier et chirurgien. Mais il est également possible de se retrouver dans cet état dans les activités, parfois banales, du quotidien, et plus particulièrement au travail. Eh oui, la plupart des moments de flow se vivent au travail ! Il s’agit de se mettre dans un état d’esprit différent et favorable afin de vivre des moments de joie qui vous feront évoluer vers un plus grand bien-être !


Référence :

Csikszentmihalyi, M. (1990). Flow, the psychology of optimal experience. New York, USA : HarperCollins Publishers.